28 avril. Aujourd’hui, le confort c’est

Poire William à 40 degrés, mes doigts… se rétament aux touches du clavier. Léger, léger, léger, léger… vague à l’âme.

Panne d’écriture. Les mots d’Higelin s’écrasent alors sur les miens. Il y a ce truc qui grippe l’écrit, qui accroche dans l’exercice. Ça rappe, ça ripe, ça coince.

Le confort, c’est savoir écrire quand on en a le temps.

Non, confort, c’est en avoir le temps quand on sait écrire.

Publicités

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s